L’ORIGINE DE LA TOXINE BOTULIQUE

À la base, la toxine botulique est connue pour être un poison puissant pouvant causer la mort. Elle est notamment à l’origine du botulisme, une maladie qui se déclare à la suite d’une ingestion alimentaire causée par la bactérie Clostridium botulinum. Cette dernière a pour effet de paralyser tous les muscles du corps d’un individu ou d’un animal. La toxine botulique peut être contenue dans des produits alimentaires transformés. De plus, le botulisme peut également se déclarer à la suite d’une blessure impliquant la contamination par le sol par exemple.

Par ailleurs, les enfants de moins d’un an sont également les cibles potentielles de cette toxine, on parle alors de botulisme infantile. Les enfants ou adultes présentant des problèmes intestinaux peuvent eux aussi être confrontés au botulisme à la suite d’une contamination de l’intestin par la bactérie. Cependant comme tout poison, il s’avère que la toxine botulique est également un médicament à une certaine dose.

Par ailleurs, les enfants de moins d’un an sont également les cibles potentielles de cette toxine, on parle alors de botulisme infantile. Les enfants ou adultes présentant des problèmes intestinaux peuvent eux aussi être confrontés au botulisme à la suite d’une contamination de l’intestin par la bactérie.

Cependant comme tout poison, il s’avère que la toxine botulique est également un médicament à une certaine dose.

LES DIFFÉRENTES UTILISATIONS DE LA TOXINE BOTULIQUE EN MÉDECINE

La toxine botulique s’est révélée efficace en neurologie et notamment pour soigner les pathologies sujettes à des tremblements musculaires. En effet, afin de réduire les spasmes et tremblements de tête, des membres supérieurs ou encore de la voix, la toxine botulique se révèle être très efficace et pleinement exploitée à ce jour en médecine traditionnelle.

De plus, cette toxine présente différente vertus thérapeutiques que cela soit par exemple en ophtalmologie et notamment pour traiter le strabisme, en urologie pour soigner l’incontinence, en dermatologie pour mettre un terme à la transpiration excessive ou encore, en médecine esthétique pour réduire les rides.

Ici, c’est son utilisation en médecine esthétique qui nous intéresse particulièrement. En effet, la toxine botulique injectée en faible quantité est à l’origine du relâchement musculaire. Grâce à ce phénomène de décontraction musculaire, les rides cutanées peuvent être estompées de manière temporaire. En effet, cette toxine est administrée par le biais d’injections de Botox à des endroits précis sur le visage d’un patient. L’action de la toxine est totalement réversible et les effets durent généralement de 4 à 6 mois en fonction de la quantité sollicitée.

De cette manière, la peau traitée au Botox est bien plus souple et lisse, ce qui permet de paraître nettement plus jeune et de lutter ainsi contre les effets du vieillissement sur la peau. Cependant, les quantités doivent être rigoureusement maîtrisées, puisqu’un surdosage de Botox peut conduire à l’effet inverse : un visage paralysé et sans expression.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *